blogs.fr: Blog multimédia 100% facile et gratuit

projet-napo-wagram 28mm

Blog multimédia 100% facile et gratuit

 

BLOGS

Tout est dans le titre. Vous faire suivre mon projet de réalisation d'un diorama avec des figurines de 28MM sur la batai

Tout est dans le titre. Vous faire suivre mon projet de réalisation d'un diorama avec des figurines de 28MM sur la bataille de Wagram en 1809, partager et échanger.

Blog dans la catégorie :
Divertissement

 

Statistiques

 




Signaler un contenu illicite

 

projet-napo-wagram 28mm

Histoire de varier les plaisirs...

Le 12/11/2017

L'affiche de l'évènement. Du beau boulot! La table sur laquelle jouait Olivier. En noir et blanc "d'époque". Le Sherman et le mortier. De vrais tueurs en série... selon l'époque! La plus belle table du salon (à mon goût): Stalingrad! Stalingrad encore: tout en impression 3D. Magnifique!

L'affiche de l'évènement. Du beau boulot!
L'affiche de l'évènement. Du beau boulot! 

Sur la proposition du grand Olivier, plus connu sous le pseudo de Biak (faudra un jour qu'il m'explique!), j'ai assisté hier, à une réunion de fans de la règle BOLT ACTION (dans le sud est de Toulouse).

Rien à voir avec du Napo, vous l'aurez compris. Mais il est parfois bien de voir autre chose, et notamment d'autres vision du jeu avec figurines (pour pourquoi pas, prévoir une règle maison, ou tout simplement pour vraiment apprécier votre règle fétiche).

En termes de vision différentes, j'ai pas été déçu. Je n'ai pas joué, ne connaissant que les grandes lignes (dignes de Torres Vedras...), mais j'ai suivi en presque totalité à la partie à laquelle jouait Olivier.

Comment dire ça simplement : je crois (j'en suis presque sûr, mais il ne faut jamais dire jamais), que je ne jouerai pas à cette règle. Je vais essayer de vous expliquer pourquoi.

Avantage certains de la règles : elle est donné pour de l'escarmouche, et il est clair qu'on ne peut pas en faire autre chose. Je ne sais pas en combien de points les parties étaient jouées (j'y connais pas grand chose sur les budgets de cette règle) mais vu le nombre de blindés par armées, ça devait tourner entre 1000 et 1500 pts. Peu importe. La règle est assez rapide ; en effet pas de question à se poser sur les pénalités de mouvement, les formations, et autre traversées de troupes amies. Ex : pour entrer dans un bâtiment : il faut obligatoirement un ordre Run. Simple et efficace.

Maintenant, les points qui me « titillent » : en gros, trop d'aléatoire sur l'ensemble de la règle.

Ex : pour entrer sur la table, une unité, quelle qu'elle soit (du simple bazooka et son servant, au panzer 4 lourdement blindé), il faut faire un test moral, qui consiste tout simplement à un jet de dés. Si, vous échouez, l'unité attends gentiment hors de table. Olivier a vu ainsi un de ces blindés, entre autres, séchait toute la partie hors de table, pendant que ces camarades se faisaient étriller.

Deuxième aléatoire, les résultats des tirs et combats. Tout se fait avec des jets de dés assez conséquents. Autre exemples vu sur cette partie : l'adversaire jette 16 dés (une paille) pour un tir d'une unité, et fait... 15 touches (sur un résultats de 4+) sur une unité de 10 hommes : un massacre !

Enfin dernier fait aléatoire assez déroutant : l'activation des unités se fait par tirage au sort aveugle (dans un sac), de dés de couleurs. Chaque dés de couleurs, correspond à une unité que le joueur activé choisit (ex : les dés noirs pour les allemands, les dés verts pour les américains, etc..). Au final, vous pouvez très bien avoir une unité qui subit 3, 4 tirs consécutifs sans jamais pouvoir se défendre.

Je me suis donc dit que les mouvements, bien que très faciles sont très faibles, puisqu'il vous faut prévoir un potentiel gros retour de bâton, pour chaque pouces parcourus (et oui, c'est une règle anglo saxonne, il vous donc des mètres en pouces...). Pour résumer (peut-être rapidement) avec cette règle il est urgent d'attendre avant de bouger (même pour les blindés). Vous pouvez oublier la technique du Blitzkrieg allemand.

Dernier point, et pas des moindres, qui me refroidit. Certes la règle est rapide (une partie doit en moyenne durait entre 2 et 4 heures), mais tout le bénéfice gagné sur les mouvements simples, les résolutions par dés, est perdu dans le fait que chaque unité, et souvent chaque a sa spécificité en termes d'armements. Il faut donc savoir, combien il y a de MG, de fusils d'assaut, par unités. Pour les blindés, est-ce que le panzer IV a été construit entre le 12 janvier 1941 à 17h42 et le 28 septembre 1943 à 09h27, car dans ce cas là sa tourelle a le droit de faire 4 tours dans un sens et 3 dans l'autre sans pénalité (j'exagère, mais j'ai entendu des discussions qui laissent rêveurs. Ex : les shermans des armées polonaises et américaines ne sont pas les mêmes que les shermans français ou anglais, et à partir de 1942 ou 43 (j'ai un peu perdu le fil à un moment donné), il sont autorisés à bouger et tirer sans pénalités, car il possèdent un système de correction au niveau de la tourelle).

Donc, en gros, il vous faut connaître toutes les spécificités des armes de votre armées, ainsi que les spécificités des adversaires (Ex : olivier avait planqué une unité dans un bâtiment. Bémol : un sherman équipé d'obus explosifs a tiré sur ce bâtiment, et il n'y a aucune protection contre un obus explosif – derrière en mur dans un bâtiment ou en terrain découvert, c'est la même chose. Bilan : une unité détruite pour Olivier. Déroutant non !

En revanche, et c'est certainement le très gros point positifs, le jeu d'escarmouches donne des tables de jeu magnifique, qu'aucune règle Napo ne pourra égaler. Sans compter l'énorme diversité des théâtres d'opérations, qui permet des tables superbes (sur cette journée, les tables passaient de Stalingrad, au moyen Orient, en passant par les bocages normands ou la campagne française et allemande). Cela confirme le vieil adage figuriniste : une règle aussi médiocre soit-elle attirera toujours du monde si les tables sont belles, et à l'inverse vous êtes sûr de perdre des spectateurs sur un table laide, quelle que soit le niveau de la règle. Donc mesdames messieurs, à vos décors !

Ceci étant, l'acceuil et l'ambiance étaient parfaits. Aucun coup de gueules, enguelades, pas de pinaillage ou d'en..lage de mouches. Que des sourires et de la déconne. Bravo aux participants. On m'a même proposé une biere maison, que la marée chaussée et l'état de mon permis ne m'ont pas permis de déguster. La prochaine fois peut-être.

Bon j'y retourne, le grand Didier (présent lui aussi à cette journée, où il s'est à priori très bien défendu) m'a parlé d'une potentielle baston en début 2018, et donc, y'a de la fig à peindre....

To be continued...

 

La der... mais peut-être pas!

Le 25/10/2017

A droite les franchies. En face, les russkoffs et leurs potes. Même table, même tour, mais vu du coté opposé. Les bavarois de Didier. Toujours aussi beaux!

A droite les franchies. En face, les russkoffs et leurs potes.
A droite les franchies. En face, les russkoffs et leurs potes. 
Le weekend dernier, JJ, notre maître à tous, a participé à une baston plutôt particulière. En effet, Didier, Jean Pierre et l'excellent mais trop rare Sébastien, se sont associés à lui pour, certainement, sa dernière baston napo dans le sud ouest (quoique avec JJ, il faut s'attendre à tout... c'est un peu comme avec les cons, c'est à ça qu'on les reconnait). Olivier, l'hote des lieux, avait comme d'hab, veillé à ce que la salle soit digne de cette der.
Pour ma part, un évènement famillial de dernière minute m'a empêché de participer. Mais n'étant pas loin des lieux, j'en ai profiter pour venir mettre les pieds sous la table, et venir trinquer avec les furieux guerrier de ce dimanche d'octobre. Au passage, j'en ai profité pour m'escagasser le doigt avec un couteau plus tordu et plus vicieux que les dés pipés de JJ (2 choses que je ne regretterai pas chez lui).
N'ayant pu voir qu'un seul tour de jeu, j'ai eu comme l'impression que la paire JJ+Sébastien aux commandes d'une belle armée franco-croato-bavaro-bergo-napo... etcétéri etcétéro, aurait du mal à venir à bout de l'armée russo prusso teutone, dirigée par la paire Jean Pierre+Didier.
Mais le principal n'est pas là. En effet, malgré nos aspects de vieux (oui oui on est vieux) grognards, une pointe d'émotion flottait dans l'air pour la der de notre doyen.
Ceci dit, il est fort possible et fort probable pour ne pas dire quaisment sûr et potentiellement certain qu'on rejouera avec JJ.... mais ailleurs.
Salut JJ. Bon vent, comme on dit dans le pays où tu t'exiles, et à trés bientot autour d'une table de jeu... ou de casse croute. Car faut pas déconner, les coups de canon c'est bien, mais les coups de rouge entre potes c'est beaucoup mieux.
Quelques photos, prise en vitesse montrent la table... de jeu.
To be continued...
 

 

L'art de s'y mettre jusqu'au cou ...

Le 27/09/2017

Un dispositif aux petits oignons, n'est-il pas? Note gauche doit tenir devant les hordes rhénanes (tas de traitres!) La grosse baston du centre qui se prépare.

Un dispositif aux petits oignons, n'est-il pas?
Un dispositif aux petits oignons, n'est-il pas? 

...ou comment partir d'un plan qui est loin d'être minable et revenir avec les fesses rouges.

C'est ce qui est arrivé à Véver la teigne, Didi la mandale et ma pomme, face à Seb le hargneux, JP le fléau, et JJ l'écorcheur.

On avait une armée Autrichienne, ils avaient du français, assisté des confédérés (en un seul mot) du Rhin. Et en parlant de Rhin, c'est dans le mien (de rein) que JJ a planté les sabres de ces dragons trop heureux de prendre mes escadrons de cavalerie sur leur flanc. Une boucherie (chevaline forcément).

En effet, notre plan était simple. Ma pomme, au commande de la cavalerie d'élite autrichienne devait prendre une colline sur la moitié de table de nos adversaires, et ainsi permettre l'avancée de notre infanterie hongroise, formant ainsi une grand arc de cercle (du genre Wagram, mais niveau 4eme division de district des landes).

Sur l'autre aile, Véver devait contenir toute avancée possible et imaginable des troupes de Seb (connaissant l'énergumène, on se doutait qu'il allait pas ramasser des cèpes en attendant que ça se passe).

Le centre lui, voyait Didi et JP s'étriper sur une autre colline, digne des plus grands films de guerre (z'avez vu la ligne rouge ? Beh pareil version 28mm).

Comme le titre l'indique tout à mer*** en gras dans le texte. Ma cav, trop contente d'avoir exploser un carré français (une première pour moi, j'en suis sorti aussi ému qu'une midinette à un concert de Patrick Bruel), s'est fait EXPLOSER » par une belle prise de flanc, superbement préparé en dégageant au préalable (mot compte triple) 1 rgt de hussard du champ de bataille.

Du coup, l'avancée de l'infanterie hongroise a pris plus de temps que prévu, pour au final venir s'écrabouiller sur un bataillon d'inf légère française peureusement et piteuseument planqué dans un bois (honte sur vous messieurs les français !)

Didi, de son côté (bien qu'il soit au centre du dispositif) parvenait à contenir quelques charges de cuir à la bave au lèvre, et l'oeil glauque, mais voyait arriver sur lui une énorme force d'infanterie française. Malheureusement le temps nous a manqué, pour voir ce combat de titans, qui aurait été plus serré qu'on ne le pense.

Sur son aile, Véver, solidement établi, a récupéré un rgt de Uhlan, car lui même, et tant qu'Uhlan (attention à la prononciation des ces derniers mots), pensait pouvoir tourner la droite française.

« Compte la dessus », lui répondu l’ignoble Seb, qui illico presto envoyait les bataillons teutoniques à la solde des Impériaux (Argg les traitres germaniques!).

Etant « légèrement » dans la panade sur mon aile, j'ai eu un peu de mal à suivre la suite des évènements. Mais l'aile droite ayant craqué, le centre n'ayant pas percé, autant dire que les jeux étaient fait.

Petite satisfaction de mon côté : 3 généraux, rien que ça, dégommés chez JJ et JP (à croire que JJ m'avais laissé un de ces dés...).

Quelques images du carnage par nos envoyés spéciaux (d'autres photos à voir sur
http://www.jeudhistoire.fr/forum/viewtopic.php?f=25&p=106717&sid=6bb66cb6729ad6be6fcf70989b481bf7#p106717)

To be continued....

 

 

Il était une fois...

Le 24/09/2017

Les pseudo stratèges... La danse de gestes pour chasser les mauvais esprits! Et le nain Puma, au regard "intelligent et perçant". :) La tradition. Les assiettes sont nettes. Par contre, les regards... De grosses paluches de nains. Les figs ne mouftent pas!

Les pseudo stratèges...
Les pseudo stratèges... 

l était une fois 7 péquenots (dans les contes pour enfants, on appelle ça des nains) qui avaient un rituel un peu bizarre, hors normes, farfelu, (de mécréants, chez certains extrémistes).

En effet, nos chers compères se réunissaient environ 1 fois par mois et déballaient des centaines (des milliers, chez les marseillais) de petits bonzommes en métal et en plastique.

Ces 7 énergumènes (parfois plus, parfois un peu moins), se prenant pour de grands généraux (voire de grands stratèges) faisaient bouger tout leur attirail (les figurines, bande de pervers) et essayaient d'escagasser la trombine des figurines adverses. On appelait ça, au dernier millénaire, un jeu de stratégie ou de simulation historique.

Certains esprits (malfaisants?) ont transposé ça sur écrans, tablettes, consoles aux noms barbares du style trucstation ou Xboite (à ne pas confondre avec un club pour adultes consentants – parfois en 2 mots – ce qui n'a rien à voir), ce qui a provoqué parfois certaines attitudes bizarroïdes et dramatiques, comme débarquer dans sa classe ou sa cour de récréation armé jusqu'au dents. Je passerai la suite, pour éviter de choquer les âmes sensibles.

Bref, nos 7 nabots, à l'âme Napoléonienne (et pas forcément impérialiste, qu'on se le dise une fois pour toutes !) utilisaient un langage bien à eux, et il était fréquent d'entendre les termes « prises de flanc », prise de dos, «  tirer », « charger » et autres « repli,retraite, déroute ».

Vous pensez que je raconte des fadaises fantasmagoriques et abracabantesques (mot tiré du dictionnaire « le petit Jacquot »), pour endormir les plus petits ? Quelques photos, ici et prochainement sur le forum http://www.jeudhistoire.fr/forum/ prouverons mes dires.

Autre petit rituel, digne des plus célèbres hordes de Nains (du chaos, de la Moria, ou d'ailleurs) : un bon gros casse-dalle bien arrosé (avec modération).

Quant au résultat des cet affrontement, patience, patience.

To be continued...

 

J'ai voulu du Napo, j'en ai eu... mais pas trop !

Le 17/09/2017

JC Raguet (en bleu), et la table d'initaition Le "pions" d'ordres. Debout: 1er ordre, couché les ordres suivants! En vert, les pions de cohésion qui évoluent au fil du temps. La "petite" table NPOW.... ... avec de grandes (28mm) et superbes figurines.

JC Raguet (en bleu), et la table d'initaition
JC Raguet (en bleu), et la table d'initaition 

Après bien des discussions, tergiversations, hésitations, inflations, bref, tout les trucs en -tions (mais uniquement an niveau cérébral, bandes de gros cochons!), j'avais décidé de faire les 2 heures de routes qui sépare mon nid haut garonnais de Brive La Gaillarde (faudra qu'on m'explique, un jour, l'origine de ce nom!).

En effet, ce weekend, dans le cadre des journées du patrimoine, le club tout nouveau tout beau de cette ville a organisé pour la 2eme année, les Journées Napoléoniennes. Mon but était de participer à une initiation à la nouvelle règle « Premier Empire V3 » crée et présentée par JC Raguet (avec qui j'avais pris contact auparavant, mais qui que ce soit peut venir et participer sans préambule).

Concernant la règle, présentée sur du 15mm (Arghh, il a fallu que je mette ma fierté de côté pour revenir à cette petite échelle, qui, c'est sûr, ne m'attire vraiment pas!), pas mal de bonnes idées.

1er chose : pas de dés, sauf pour voir si les résulats aprés la virgule sont efficaces ou voir si un général passe de vie à trépas (en gros, si le galonné se fait éparpiller version confettis). Ex : vous faites 2,5 pertes à votre adversaire ; 2 pertes sures, on jette 1D10, et de 1 à 5 vous faites une 3eme perte, au delà de 5 vous restez à 2 pertes.

Fin également des listes interminables des bonus/malus à ajouter au calcul des tirs, combats. Tot est intégrées dans des tableaux, qui en suivant les lignes et les colonnes vous donnent le résultat directement (on voit une grosse réflexion sur le sujet, et le résultat est assez bluffant).

Les spécificités des troupes sont également intégrés dans le budget et la valeur de combat de l'unité (plus de bonus pour les lanciers, les cav lourdes ou légères, etc...).

Et le principe est basé sur l'usure des troupes : chaque combat, chaque perte coute de la cohésion qui à la longue (et si vous ne faite rien pour ralentir ça), verra vos unités partir en retraite, voire pire (fini la garde immortelle). Ainsi une troupe peut gagner, 3 ou 4 combats mais à termes deviendra de plus en plus fragile.

Le système de commandement (passage des ordres ) est lui aussi interresant, avec 3 catégories d'ordre (Mouvement, Attaque, Défense) constitués de 8 ordres différends (dont certains présent sur les 3, ex : chgt de formation).

Bref, je suis sorti de cette initiation assez satisfait et « presque conquis ». Le jeu a l'air rapide (lorsqu'on maitrise la règle), mais certains aspects me laisse perplexe (notamment sur les phases de mouvement, pivot, etc...).

En dehors de cette initiation, il y avait 3 autres tables (vous aussi vous trouvez ça faible?), une sur la règle Blucher (commandement au niveau de la brigade qui se joue à 250km/h – la partie s'est jouée en moins de 2 heures, ça change de « Vive l'Empereur »), une sur la règle anglaise Napoléon Principles Of War (NPOW), où le tir se fait avant les mouvements (assez original et pas si illogique que ça quand on la voit se jouer). Du coup, la tactique devient totalement différente et reste malgré tout assez historique.

La dernière table représentait la bataille de la Bérézina, avec les ordres de batailles historiques. J'ai oublié sur quelle règle les belligérants jouaient, mais quand on voit réellement sur table, la différence d'effectif, on se demande comment le Corse gelé a pu éviter le massacre (ou comment l'empoté de Russe aviné a pu rater l'occasion de mettre une grosse fessée).

Pour résumé, un bien bonne après midi pour moi, malgré la mer et les poissons qui sont tombés sur la ville, et pas mal de contact de pris pour la suite. On m'y reverra certainement.

D'ici là, j'ai quelques peinturlurages de figs à finir pour notre prochaine baston Napo, qui aura lieu pas plus tard que le weekend prochain (il faut aussi qu'on prépare la retraite de notre maître JJ, et donc, va falloir prévoir des troupes françaises si on veut continuer).

To be continued...

 

Minibluff the card game

Hotels